Le chemin du taux de change de 2001 à 2004

Au cours de l’année 2001 l’évolution du taux de change fut plutôt contrastée, avec quelques phases de remontée. Début 2002 le cours d’un euro s’établissait à 0,90$ et 12 mois plus tard on pouvait dire que l’euro finissait l’année en beauté. Au moins au niveau international. La monnaie unique a en effet atteint en décembre 2002 son niveau son plus haut depuis trois ans à 1,05 dollars, face à un billet vert que l’on disait alors plombé par une situation géopolitique incertaine. L’euro mettait ainsi réellement fin à une spirale baissière amorcée depuis son lancement sur les marchés financiers en 1999. En 2002, la monnaie unique s’est ainsi payée le luxe de progresser de près de 17% face au dollar. Cette reconquête de la parité euro/dollar, et au delà, avait été saluée par Romano Prodi, le président de la Commission européenne, comme un « succès indiscutable », symbole de « la forte crédibilité internationale de notre monnaie commune ».

Le mouvement s’est globalement poursuivi en 2003, approchant des niveaux historiquement élevés après avoir dépassé son cours initial en mai. Le taux de change s’est établit à 1,26$ pour 1 euro fin décembre 2003. Malgré la résistance du dollar face à l’euro en avril qui provenait de la dissipation des incertitudes marquant la fin de la guerre en Irak et l’orientation favorable des marchés financiers américains avec la révision à la hausse des perspectives de bénéfices des entreprises américaines, 2003 vit se produire une appréciation sur l’année de 20 %. Cette appréciation s’est d’ailleurs surtout produite au second semestre avec la réapparition de la faiblesse du dollar. La hausse s’est poursuivi en 2004 et a franchi le seuil d’1,30$ au soir du 10 novembre pour finalement s’établir à 1,36$ le 30 décembre.

Mais comment peut-on expliquer cette appréciation au cours des quatre dernières années ?

Ci-après, les causes les peu probables de cette appréciation de l’euro.