Euro et Dollar

Le taux de change est une valeur importante en économie monétaire. Tous les financiers y trouvent un intérêt. Et vu depuis l’Europe, on s’attardera plus principalement sur le taux de change euro – dollar.

Un euro fort, un vrai choc exogène

Alors que cela fait seulement quelques années que nous avons fêté l’arrivé de la monnaie unique européenne, l’euro, mais surtout l’évolution de son cours, a fait couler beaucoup d’encre.

Monnaie unique europerenne euro

Le taux de change euro / dollar est depuis la mise en place de la monnaie unique un des sujets phares de la presse économique, notamment ce qui à attrait aux causes et conséquences de ses fluctuations. Sa hausse débutée à la fin de l’année 2000 affole le commerce extérieur de la zone euro. Cette appréciation de la monnaie unique s’est produite sans que les autorités européennes puissent « l’accueillir »  autrement que tel un choc exogène. Pour la zone euro cet euro fort est ressenti comme très négatif. Le cours du dollar ressort comme un instrument direct et indirect de soutien à la croissance des USA. Directement face à l’euro et indirectement face aux monnaies asiatiques.

Quelles sont les causes, les conséquences et les perspectives concernant les fluctuations du taux de change euro / dollar ?

Quelles sont les causes de l’appréciation de l’euro ?

Quelles sont les causes de l’appréciation de l’euro rapport au dollar ? Nous tenterons donc de mettre en lumière les véritables causes du niveau élevé qu’est celui de l’euro aujourd’hui.

Monnaies interationales fluctuations

Cliquez – ci dessus pour en savoir plus, sur l’image, et découvrez en plus sur nos arguments ci-dessous.

La remontée de l’euro

Le chemin du taux de change pendant quatre années

Les causes avancées de la hausse de l’euro à partir de 2001

  • Le solde de la balance courante à moyens termes
  • Les écarts d’inflation à moyens termes
  • Les écarts de taux de croissance
  • Un différentiel des taux d’intérêt à courts termes
  • L’attitude plus attentiste de la BCE
  • Une meilleure attractivité des titres européens

Ce n’est pas l’euro qui est fort mais le dollar qui est faible

  • La balance des paiements américains se creuse, et les USA avaient 3 possibilités pour combler ce déficit:
    • Diminuer le déficit public
    • Augmenter leur taux d’épargne par une hausse des taux de la FED
    • En dépréciant le dollar afin de redresser le solde commercial
  • Pourquoi la balance américaine se creuse t-elle ? Les déficits jumeaux
    • Le déficit budgétaire
    • Le déficit externe
  • Seul le déficit budgétaire apparaît réellement comme le générateur d’un dollar faible.

Une volonté américaine.

Quelles sont les conséquences de l’appréciation de l’euro ?

Quelles sont les conséquences de l’appréciation de l’euro ? Par suite logique les conséquences globales seront abordées. L’euro fort a produit quelles conséquences sur la zone euro, sur les Etats-Unis mais aussi celles qui se sont imposées aux politiques des pays asiatiques.

Taux de change des monnaies internationales

Cliquez – ci dessus pour en savoir plus, sur l’image, et découvrez en plus sur nos arguments ci-dessous.

La zone euro pénalisée

  • Le principe de la courbe en J inversée
  • Distinctions entre les différents pays de la zone

Les USA

  • Leur politique expansionniste permet la croissance de la consommation
  • La politique de la FED a permis un meilleur niveau d’investissement qu’en Europe
  • Les exportations US ne profitent pas réellement du dollar faible

Les Pays Asiatiques

  • La Chine doit continuer à acheter du Dollar
  • Le Japon subit et souffre pour maintenir le Yen à un niveau acceptable

La hausse de l’euro vue depuis le magreb

  • Le ressenti de l’économie marocaine

Cas particulier des pays dont la monnaie est le franc CFA

  • Le Cameroun, le Franc CFA arrimé à l’euro lui apporte du positif et du négatif

Comment devait évoluer le taux de change ?

Cela étant un problème d’actualité, essayer d’en connaître les orientations futures devient naturel. Nous avons alors cherché à prévoir les évolutions du change pour l’année 2005 et plus.

Résumé de notre étude

L’appréciation continue de l’euro entre 2001 et 2004 n’est pas comparable aux différentes évolutions du taux de change rencontrées dans le passé. Les déterminants attitrés du taux euro/dollar ne sont plus pertinents, et c’est vers les déficits jumeaux américains qu’il faut se tourner pour trouver la cause. Si le différentiel des taux d’intérêt n’a pas eu l’influence qu’on lui attribue généralement les actions des banques centrales américaines et européennes ne sont pas restés sans effets. Les Etats-Unis, bien aidé par la Fed, laisse se déprécier le billet vert afin de financer leurs déficits et, si l’euro est la seule grande monnaie à s’ajuster c’est parce que les autres pays préfèrent intervenir sur le marché des changes pour garder stable leur change avec le dollar. Pour la zone euro cette hausse de la monnaie constitue un frein à la croissance provenant d’une diminution de la contribution du commerce extérieur. Mais la stabilisation de l’inflation apportée n’est pas à négliger. Pour les USA déprécier le dollar était le moyen de financer une politique expansionniste. Ils ont ainsi pu redynamiser la consommation de leurs ménages et relancer la création d’emplois outre atlantique. Leurs exportations n’ont pas progressé comme prévu du fait de la stratégie des asiatiques qui en outre ralentit l’emploi aux USA. L’omniprésence des pays de l’Asie de l’Est dans l’économie mondiale rend les conséquences moins évidentes.

Les européens n’ont cessé de montrer les Etats-Unis comme le responsable de leur faible croissance. En 2005, l’appréciation de l’euro s’est arrêtée. Mais leurs inquiétudes persistent. Pourtant à y regarder de plus près ils ne sont peut-être pas les plus à plaindre. Pour les pays d’Asie de l’Est les sommes engagées pour rester compétitifs sont énormissimes et cela ne les protège pas d’une perte future, le dollar se dévaluant. Et pourtant, contrairement aux européens, ils ne se plaignent pas.

Finalement, l’euro était surévalué en 2015 et le dollar, le yen ou encore le yuan étaient sous-évalués. Les monnaies flottent et devraient petit à petit se rapprocher de leur équilibre avant de s’en éloigner à nouveau. Et l’avenir nous réservera d’autres situations où les européens y trouveront leur compte.

Nos sources :

  • cyberpresse.ca
  • lexpansion.com
  • terraeconomica.info
  • linternaute.com
  • coe.ccip.fr
  • yahoo.finance.fr
  • insee.fr
  • ccf.com
  • europeplusnet.info
  • liberation.fr
  • actualite.free.fr